Comment accepter ses imperfections ?

Avez-vous des complexes ? Vous êtes-vous déjà senti « trop comme ceci », « trop comme cela » ou « pas assez comme ça » ?

Si oui, je vous invite à lire ce qui suit.

J’aimerais vous partager 4 étapes à accomplir pour que vous puissiez vous libérer du poids de vos complexes.

Dans cet article, j’aimerais axer mon propos sur les complexes dont vous ne pouvez pas vous débarrasser. Ce sont les plus difficiles à surmonter, car ils sont irréversibles. Mais ne vous inquiétez pas, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vivre avec vos complexes.

1) Faites le deuil de ce que vous auriez aimé être.

C’est vraiment une démarche que je vous conseille d’entreprendre. Elle peut paraître douloureuse au départ mais c’est indispensable pour que vous puissiez arrêter de ressasser ce que vous auriez aimé être.

La première étape consiste à sortir du déni. Si vous aurez préféré être plus grand(e) et que votre processus de croissance est terminé, il serait temps d’arrêter de vous mentir à vous-même. Cela ne fait qu’alimenter de nouveaux regrets et de nouvelles blessures.

La deuxième étape consiste à vous reconstruire. En rêvant d’un être que vous n’êtes pas, vous vous êtes détruit vous-même. D’une certaine manière, vous avez détruit une part de votre identité en la reniant. Pour être bien dans votre peau, vous devez aussi être en paix avec vos complexes. Si vous n’aimez pas le son de votre voix, si vous avez hérité d’une morphologie qui ne vous permet pas d’avoir l’apparence de vos rêves, il est temps de cesser de vous dévaloriser. Vous avez forcément des choses que d’autres n’ont pas et dont vous pouvez être fier.

Sortez de cette spirale infernale et aimez chaque partie de votre être. S’il y a bien une personne avec qui vous devrez vivre toute votre vie, c’est bien vous-même. Vous voyez maintenant l’importance de vous accepter tel que vous êtes 😉

2) Relativisez.

Bien souvent, nous développons des complexes après s’être comparé aux autres. On se trouve différent des gens « normaux » et on culpabilise pour ça. Nous vivons dans des sociétés extrêmement normées, codifiées et parfois même étouffantes. Pourtant, on ne peut tolérer l’idée d’être trop différent des autres. On a peur que l’on se moque de nous, on a peur du rejet.

Il est fort possible que l’on se soit déjà moqué de vous et que cela ait renforcé vos complexes. Mais il est aussi fort possible que les personnes qui se sont moquées de vous avaient ,elles aussi, des complexes.

Avoir des complexes, c’est presque universel. À tel point que c’est considéré comme quelque chose de normal.

Mais à mon sens, cela ne devrait pas être considéré ainsi. Pourquoi se faire du mal à soi-même pour quelques différences ? Pourquoi se faire du mal alors que c’est normal d’avoir quelques différences ? Nous ne sommes pas responsables de nos différences physiques et biologiques. Nous sommes le résultat d’une multitude de facteurs génétiques.

Rappelez-vous de ce que l’on vous a probablement dit lorsque vous souffriez de vos complexes durant votre enfance « tu es comme ça parce que la nature t’a fait ainsi ».

C’était pourtant une phrase rassurante mais moi-même je n’y croyais pas. J’étais profondément persuadée que je ne pourrais pas être heureuse avec mes défauts. Je me focalisais sur mes différences plutôt que sur mes ressemblances avec les autres.

3) Cessez de vous comparer à une seule population de référence.

Les complexes viennent d’un sentiment d’infériorité par rapports aux autres.

Pour vous raconter mon histoire, j’ai longtemps souffert de ma petite taille. J’en ai souffert parce que je me sentais physiquement inférieure aux autres. Je pense que cela s’est ressenti et que des personnes ont en profité pour se moquer de moi. Je voulais être grande pour bien paraître auprès des autres.

Mais, aujourd’hui j’ai fait la paix avec ça. Ma petite taille fait partie de mon identité. Elle est la conséquence de mon héritage génétique. J’ai définitivement arrêté de souffrir de ma petite taille lorsque j’ai fait un voyage à Madagascar. 

Là-bas, la taille moyenne de la population est bien inférieure à la moyenne européenne. Je n’ai pas ressenti de complexes, car le fait d’être petit était normal. Cela m’a fait réaliser à quel point je me comparais trop aux autres. Je me comparais à des personnes qui n’avaient pas les mêmes gênes que moi (j’ai des origines malgaches).

A ce propos, cela me fait penser à une superbe citation :

Albert Einstein : « Tout le monde est un génie. Mais si l’on juge un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide ».

Cette citation nous rappelle à quel point le fait de se comparer avec des personnes très différentes peut être néfaste.

4) Détachez-vous du regard des autres.

Si vous êtes particulièrement sensible au regard des autres, je vous invite à consulter cet article en complément : Comment se détacher du regard des autres ?

Quelle que soit votre apparence ou votre personnalité, vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde. Vous ne pourrez pas toujours changer le regard que certains porteront sur vous. Mais vous pouvez changer votre attitude face à cela. Vous pouvez faire le choix de vous focaliser sur vos atouts plutôt que sur vos défauts. Vous pouvez faire le choix de vous entourer de personnes bienveillantes et d’ignorer le regard des personnes malveillantes.

Recentrez-vous sur vous-même et ne cherchez pas la validation des autres. Prenez conscience que tous les êtres de la nature sont normalement imparfaits. Ignorez les jugements des autres sur les imperfections des autres. Éloignez-vous de cette spirale du jugement des autres et de l’auto-jugement. Prenez plus confiance en vos atouts, même les plus insoupçonnés.

Ne perdez plus de temps à vous lamenter sur ce que vous auriez dû être pour plaire aux autres. Votre temps et votre moral sont trop précieux pour cela. Gardez un esprit sain, entourez-vous de bonnes personnes. C’est essentiel pour bâtir la vie de vos rêves.

Pour finir, voici une citation inspirante de Maya Angelou, une célèbre militante du mouvement pour les droits civiques dans les années 60 aux Etats-Unis.

« Si vous essayez toujours d’être normal, vous ne saurez jamais à quel point vous pouvez être incroyable ».

Gardez-la dans un coin de votre esprit pour tous vos moments de doutes.

D’ici là, oubliez vos complexes et révélez votre potentiel au monde ! 😉

Et vous, avez-vous déjà ressenti un complexe qui vous handicapait à certains moments de votre vie? Si oui, comment avez vous réussi à le surmonter? J’ai hâte de vous lire.

Marina Mériguet

Vous avez aimé l'article ?

Entrez vos infos et recevez GRATUITEMENT des e-mails privés pour vous aider à tracer la vie de vos rêves.

*Vos données resteront 100% confidentielles. Nous ne partagerons pas vos données.

Suivez-nous sur :

Youtube
Facebook
Twitter
Instagram

2 réflexions sur “Comment accepter ses imperfections ?”

  1. Article très intéressant, juste et surtout inspirant !

    J’ai personnellement réussi à surmonter certains de mes complexes, même s’il m’en reste encore, mais avec le temps et l’expérience, on fini même par apprécier ces petites particularités qui font de nous une personne unique.

    Et puis, la vie est trop courte pour se la gâcher avec des complexes 🙂

    1. L'équipe art de vivre

      Hey Morgane,
      merci pour ton retour. Tu as parfaitement compris l’essence de l’article: carpe diem 😉

      Affectueusement,

      la team Art de Vivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.